Eric Barbier Psychotherapeute Art-Therapeute, rognes et aix en provence

Espace Santé Jeunesse – 2005

 

Espace Santé Jeunes – Rapport d’activités 2005

 

Eric Barbier – Art-thérapeute

 

Art-Thérapie par le modelage de la terre

 

J’ai souvent entendu la question, même de proches collaborateurs ; « Que fais-tu au juste, c’est quoi en fait l’art-thérapie ? », ou encore « Serait-il possible d’assister à une séance ?»…

Ces questions bien légitimes demandent un peu de temps pour y répondre et je saisis l’espace du rapport d’activité, pour tenter d’y apporter quelques réponses.

A la question sur ce qu’il est fait pendant une séance, je répondrais en premier lieu que j’accueille la personne qui vient à Espace Santé Jeunes. Celle-ci m’est adressée pour un travail d’art-thérapie, ou bien elle est reçue dans le cadre d’un premier accueil.

Mais arrêtons nous sur l’art-thérapie, ou plus justement, à ma pratique de thérapeute à travers le modelage de la terre !

Lors de la première rencontre, après avoir cherché à énoncer avec la personne la raison de son désir d’être accompagnée, je propose un travail d’art-thérapie.

Rien de très différent d’un autre accompagnement si ce n’est la singularité que celui-ci est centré autour du modelage de la terre.

A la première séance où il est question de modelage, j’invite la personne à modeler avec elle. J’appelle cela un mod’squigle, en référence directe au squigle de Winnicott. Concrétement, chacun modèle l’un après l’autre, avec pour seule règle d’accueillir ce que  l’autre a fait, cela veut dire de prendre un temps pour observer sans se précipiter dans l’action. Il est alors possible, de tout changer, de détruire, de modifier, de transformer, de continuer, d’augmenter… en un roulement assez soutenu. Cela évite une trop grande cérébralisation et permet une prise de contact entre le thérapeute et le participant à travers ce tiers modelé. Ici a lieu une transition qui passe par le lavage des mains et surtout la prise de vues photographiques; les modelages n’étant pas conservés, seules les photographies prisent sont gardées en mémoire.

J’ouvre ensuite à la possibilité de mettre des mots : en cherchant un titre, en décrivant le modelage, pour glisser vers une association plus libre, qui peut parfois ressembler à de la rêverie ou à un franc délire, souvent fécond, enrichissant le dialogue thérapeutique.

 

Les séances se poursuivent avec cette logique de solliciter une forme de spontanéité chez le participant. La différence est qu’il ne s’agit plus de mod’squigle, mais de thématique que je propose comme sujet du modelage. Le participant modèle alors seul, je lui laisse même parfois un court moment de solitude.

A l’issue de la troisième séance de modelage, je demande à la personne si ce travail lui convient. Il s’agit alors de s’engager pour une dizaine de séances, ce qui est convenu dans le contrat de départ. Après dix à quinze séances, je propose de faire un bilan qui s’appuie sur le témoignage des photos réalisées. Parfois le participant, surtout si c’est un pré-adolescent, souhaite associer un ou ces deux parents à cette séance. C’est possible pour la partie du visionnage, mais le reste de la séance reste l’espace exclusif du jeune.

A la suite de ce bilan, nous décidons ensemble si l’on met un terme à l’accompagnement, si on le poursuit et avec quelle périodicité.

A la question de la possibilité d’assister à une séance, la réponse est délicate.

D’une part, il n’est pas envisageable que quelqu’un assiste à une seule séance, il faut que cela s’inscrive dans l’intégralité du suivi ; et d’autre part il me paraît difficile d’accueillir une personne qui ne peut-être que observatrice. Je n’ai jamais fais cette expérience, et j’ai préféré pour le moment intégrer des stagiaires lors d’un travail de groupe, comme par exemple pour les stages réalisés avec l’association Adéquat.

Voici quelques débuts de réponses.

 

le Psychodrame, thérapie de groupe :

 

Co-thérapeutes :

Mireille Amy, Psychologue au CMP enfants

Françoise Bennechio, Psychologue au CMP enfants

Eric Barbier, Art-thérapeute à l’Espace Santé Jeunes

Voir texte remis par Mireille Amy.

Stage Pédagogie et Créativité :

Un stage a eu lieu du 29 au 31 Août 2005, 7 enfants ont été accueillis.

Ces stages sont le résultat d’un partenariat entre Adéquat et E.S.J.

Les intervenants sont : Marianne Ganga et Karine Caffet, Remédiatrices scolaires, Eric Barbier, Art-thérapeute, Martine Benoît, Sophrologue.

Pour le Groupe adolescents et voile comme pour le Groupe communication et créativité, je propose que l’on prévoit cela pour le rap d’ac 2006, l’activité développée correspondant davantage à l’année 2006.

MERCI pour vos COMMENTAIRES et TEMOIGNAGES

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.